Futurs mariés : réfléchissez bien ! - Fain Avocats

Le Secrétaire d’Etat chargée de la famille, a présenté aujourd’hui les conclusions du groupe de travail chargé de réfléchir à la préparation du mariage civil.

Dans son rapport le secrétaire d'Etat constate que 240 000 mariages civils sont célébrés chaque année, et s'inquiète de la nette augmentation du nombre des divorces. En effet, ce sont aujourd'hui plus de 50% des unions qui  sont dissoutes,  et près des 2/3 en région parisienne.

Il s’agirait de sensibiliser les époux quant aux droits et obligations découlant du mariage, dont font notamment partie la solidarité des dettes fiscales, les droits du conjoints survivant et les obligations alimentaires à l’égard des enfants et des ascendants. Ainsi, les futurs époux méconnaissent souvent l’existence d’une obligation alimentaire au profit des beaux-parents.

Le secrétaire d’Etat propose d’illustrer les articles du code civil qui sont lus obligatoirement durant la cérémonie. Dans l’exemple précité, il s’agirait donc d’expliquer aux futurs conjoints qu’en s’unissant ils devront aider financièrement leurs beaux-parents si ceux-ci se retrouvaient dans le besoin.

Une telle démarche imposera de dispenser une formation personnelle à tous les maires de France et à tous ceux qui sont au contact des futurs époux, pour les sensibiliser à l’importance de la préparation des futurs époux au mariage,

Un « kit de préparation au mariage » devrait être élaboré. Il sera composé d’un livret standardisé et personnalisable ainsi que d’un référentiel de formation destiné aux professionnels des mairies.

Ces mesures, si elles ont au moins le mérite de faire prendre conscience aux futurs époux de la portée de leurs engagements, ne les dissuaderont probablement pas de franchir le pas. Le raisonnement quant à lui ne manque pas de surprendre. Serait-il possible de dissuader les candidats au mariage en les informant, le jour de leur union, et devant tous leurs proches, de la gravité des obligations qu'ils souscrivent?

Peut-être, et à tout le moins, pourrait-on envisager un entretien préalable au mariage durant lequel les prétendants recevraient toute l'information nécessaire. Ce délai de réflexion, s’il est suffisamment long, leur permettrait de murir leur décision. Mais pourrait-il les en dissuader? Rien n'est moins certain. Comme le dit le célèbre proverbe, l'amour rend aveugle.

J.Fain